Textes des artistes

Artistes peintres, sculpteurs/es, photographes, auteurs/es et calligraphes
de la "Bibliotèque poétique"




Texte de l'artiste extrait du recueil



> Voir des oeuvres de l'artiste

Eliane Quinn


E16 E17 E18 Le paravent

Ô mystérieux envoûtement, quand jeréponds à ton appel, le temps s’amenuise. Lessignes, les lignes, les encres et les couleurss’affichent, s’estompent, se rafistolent. Toutest néant, tout est plénitude : lumière,subtilités, émanations.

Après une concentration sur la respiration,pinceau à la main, la création s’opère par degrands gestes spontanés. Sans hésitation,sans le mental, sans peur. Tout est contenudans ces premiers mouvements : nature,animaux, personnages, etc. Faire ressortir ceque j’y « vois ». Émerveillement...

Comme les trois planchettes allaientformer un triptyque, un grand papier déjàpeint a été découpé en trois bandes pourles habiller. J’avais alors en main les troistomes d’un projet de roman. Une dernièreintervention, visant à encadrer d’encre noireces trois images, a fait apparaître la formed’un paravent, nom qui deviendra le titre duroman.

Composé de ligne rouges horizontales,le symbole qui est appliqué au dos desplanchettes est extrait du Yi Jing chinois. Ilreprésente le feu et se nomme Li. J’ai choisice symbole car il est présent dans mon

prénom « Eliane ». Il deviendra le nom dupersonnage principal du roman.En voici un extrait.

[ Le paravent

...Dans son kimono brodé, assise sur unenatte, Li active ses mains graciles. Elletire son aiguillée d’or en un geste lent etrépété. Les fleurs de lotus toutes blanchesse découpent sur la soie bleu de nuit. Unelampe en papier de riz diffuse sur sa peauune couleur opaline. À la dérobée, des yeuxla regardent... Li brode la soie... Li brode savie...

Éblouissante dans sa simplicité, transparentedans sa sincérité, Li auréole les étoileset pare de mille pierreries le sentier de soncœur, le lit de ses amours. Une passion secrèteunit ces amants de l’éternel. Source ettorrent s’y mêlent, d’où jaillissent de hautesintensités vibratoires.

Enrichie des stigmates de l’espoir, vêtue denoblesse, ce soir se dit-elle, je suis au rendez-vousde la nuit. Je suis prête…

Derrière le paravent secret s’échappent dessons feutrés... des murmures d’amour...]

E. Quinn, février 2017



> Voir des oeuvres de l'artiste